Rechercher
  • Ekite

Comment réussir votre Cargo Cult Agile ?

Dernière mise à jour : il y a 2 jours

En voilà une expression qui sonne bien, qui sonne comme un concept intéressant. Pourtant, cette expression cache une réalité peu reluisante et encore trop présente dans nos contextes de plus en plus imprégnés d'agilité. Pour la faire courte, le cargo cult, c'est votre voisin quinquagénaire sédentaire qui décide de se remettre au sport. Du coup, il achète un vélo, une tenue dernier cri, des compléments alimentaires "mega perf pro 2000" et s'étonne de ne pas être capable de grimper instantanément des cols hors catégories comme Lance Armstrong. Pris comme ça, ça peut sonner ridicule mais le phénomène est plus largement répandu qu'on ne pourrait le croire. Dans nos ESN, dans nos Start-ups, dans nos DSI de grand groupe, on le retrouve partout (pour dramatiser, on irait presque jusqu'à dire que personne n'est à l'abri).


Le Cargo Cult est à l'origine une notion historique, très bien expliquée sur Wikipédia. En résumé, cela désigne l'attitude des indigènes Mélanésiens face à l'arrivée des colons occidentaux au tournant des XIXème et XXème siècles. N'ayant aucune connaissance des modes de production industriel, certains ont commencé à imiter certaines pratiques sans les comprendre. Avec un peu de recul on peut trouver l'idée un peu trop basique pour s'imaginer que cela puisse être transposé à l'échelle d'une équipe, voire d'une organisation, et pourtant ! Toutes et tous les agilistes que nous sommes ont déjà rencontré ce type de phénomène et se seront attelés à le combattre.


Mais quid des convaincus du cycle en V ? Quid des directeurs de programme qui ne jurent que par le sacro-saint reste à engager et le rétro-planning ? À tous ces défenseurs du reporting Excel, nous allons vous donner les armes pour combattre la dictature agile. Dans les lignes qui suivent, nous vous proposerons une petite recette afin de réussir votre Cargo Cult Agile à tous les coups.


Contexte

Mettez-vous en situation : on vous impose d'entamer une transformation agile sur votre programme afin d'expérimenter ce mode de fonctionnement à la mode chez la concurrence.

Travailler en proximité avec le client, ne plus estimer en jours de charge et livrer toutes les deux semaines c'est bien beau... mais pas chez vous. Il est l'heure de s'organiser avant la bataille.


Conseil n°1 : prenez vos équipes à froid

Pour bien commencer votre cargo cult Agile, il est important qu'il soit aussi soudain que possible. Cela permettra de maximiser l'effet de confusion né de l'annonce de votre volonté de "faire de l'agile". Instaurez un changement de surface, renommez les postes des collaborateurs sans changer le fonctionnement de vos équipes, mettez en place des rituels dont vous avez entendu parler dans un article de 2011 sur le modèle Spotify et surtout... surtout... N'expliquez rien ! Ou pratiquez la bonne vieille langue de bois en parlant de bonne volonté, de transformation Agile et en utilisant tout un tas de termes impressionnants (si besoin vous pouvez piocher dans la liste suivante : mindset, cocréation, focus... ou utilisez un pipotron). Vous pourrez déjà jubiler en constatant que vos collaborateurs essaient tant bien que mal de suivre vos directives bancales et incomplètes et sombrent petit à petit dans la frustration.




Conseil n°2 : Laissez vos équipes dans l'obscurité

Malgré vos efforts appuyés dès le départ, vous ne pourrez pas empêcher les plus récalcitrants de vos collaborateurs de vouloir mettre en pratique une véritable démarche agile, de se former aux principes et de vous challenger dans ce (non-)changement de paradigme que vous souhaitez mettre en place. Ne vous laissez pas désarçonner et coupez leur l'herbe sous le pied en leur affectant des jalons intenables. Jalons dont vous vous arrangerez pour que le contenu change le plus fréquemment possible, bien entendu. Faites également le nécessaire pour qu'ils se heurtent le plus souvent possible à une inertie structurelle infinie et donnez leur des responsabilités sur des éléments hors de leur contrôle.


Conseil n°3 : Imposez de fausses pratiques agiles

Réussir un cargo cult agile n'est pas si simple et il convient de ne pas relâcher vos efforts trop tôt. Afin de maintenir un niveau de frustration élevé et éviter que les équipes ne fassent preuve d'initiative, continuez de les noyer sous un flot continu de nouvelles pratiques et d'idées issues d'autres contextes que vous imposerez et renouvellerez sans cesse. Votre imagination et votre capacité d'improvisation sont les seules limites (inspirez-vous des réunions de Michael Scott).

Crédit : The Office


Conseil n°4 : Constatez avec votre direction que l'agilité ne fonctionne pas

Quelques mois plus tard, lors de votre comité de pilotage où l'on demandera ce que donne l'expérimentation agile qui a été mise en place dans votre département, vous aurez tous les éléments pour conclure en beauté votre cargo cult agile. Turn-over à deux chiffres, mécontentement de vos collaborateurs, budgets explosés... Clairement, l'agilité ne marche pas, c'est juste une usine à échecs, il est temps de reprendre votre pilotage Excel, vos cahiers des charges réalisés au forfait. Cela vous permettra de retrouver le confort de ce que vous connaissez depuis des années, ce ne sont pas quelques agitateurs et leurs rétrospectives qui vont venir remettre en cause des décennies de pilotage de projet classique. Ce n'est quand même pas pour rien si on fait des cahiers des charges de 200 pages depuis les années 70, ça a fait ses preuves !


Conclusion

Bien entendu, vous aurez compris que le ton de ces quelques lignes est ironique et que nous ne vous préconisons pas de mettre en oeuvre cette recette. L'agilité est avant tout une question d'état d'esprit et d'adaptation au changement. Comprendre et connaître le sens des actions que l'on décide est l'un des fondements de l'agilité, avec l'adaptation au contexte, afin de tenir compte des personnes et des spécificités de votre organisation. Néanmoins, ces quelques lignes doivent vous permettre à l'avenir d'identifier plus facilement des comportements ou des phénomènes relevant du cargo cult agile (évidemment, dans la vraie vie ces éléments ne découlent pas d'une volonté de faire échouer une transformation agile) et à mettre en place des solutions afin d'en sortir.


Enfin, il serait trompeur d'imaginer que l'agilité est possible et pertinente dans n'importe quel contexte. Avant d'entamer une transition vers un mode de fonctionnement agile, il convient de se poser les bonnes questions, tant en termes de maturité des équipes qu'en termes d'accompagnement (il est toujours pertinent d'avoir un regard extérieur dans ce type de transformation, de plus en plus d'organisation mettant en place des cellules ou des collectifs dédiés à l'agilité, donc n'hésitez pas à vous rapprocher d'eux si vous avez besoin d'aide).


Pour en savoir plus :

L'article sur le sujet de My Agile Partner présente plus en détails l'histoire du Cargo Cult avant de faire le lien avec l'agilité. Dans le même type de pratique, l'article sur le Zombie Scrum de scrum.org prend l'exemple spécifique d'un Cargo Cult appliqué au framework Scrum et de ses conséquences.